Du lourd pour l’USM

Après leur défaite au tie-break à Beauvais le week-end dernier, les joueurs de l’US Mulhouse s’attaquent à un autre gros morceau en play-offs de Nationale 2 en accueillant le leader, Charenton, dimanche (15 h) au Cosec de Bourtzwiller.

Ramener un point d’un déplacement à Beauvais, le dauphin de la poule, qui a évolué dans une salle surchauffée de près de 600 spectateurs, c’est bien. Mais les Mulhousiens auraient espéré mieux pour rester au contact du duo de tête et garder une chance de jouer la montée.

Une défaite qui laisse un sentiment mitigé à l’entraîneur, Charles Gauthier, entre satisfaction et , regrets. « On a des regrets sur le résultat et on a le sentiment qu’on n’est pas passé loin, souligne-t-il. On a la volonté de mieux faire et on préfère rester sur une note positive. Car on a joué dans une salle pleine avec un public qui suit les Beauvaisiens, qui ont envie de remonter. Jouer dans une telle ambiance à l’extérieur, ce n’est pas facile, mais c’est quand même un plaisir. »

Si la victoire n’a pas été au bout, les Mulhousiens n’ont pas le temps de s’apitoyer sur leur sort. Car dès ce week-end, c’est un nouveau gros combat qui les attend face à Charenton, qui n’est autre que le leader. Les Charentonnais ont de surcroît remporté leurs trois premiers matches des play-offs et possèdent six points d’avance sur l’USM, qui pointe à la 3° place.

C’est donc en outsiders, mais déterminés, que les coéquipiers de Félix Peterschmitt s’attaquent à l’ogre charentonnais. Et ce ne sera pas une mince affaire. Pour ce match, les Mulhousiens délaisseront leur nouvelle Salle de la Doller -réquisitionnée pour la cérémonie des champions mulhousiens – pour retrouver leur bon vieux Cosec de Bourtzwiller. S’il sera difficile de rivaliser avec les 600 spectateurs beauvaisiens, le public mulhousien pourrait bien se déplacer nombreux pour cette belle affiche. Surtout que ce match sera ponctué, comme les deux autres rencontres des Mulhousiens à domicile dans ces play-offs face à Reims le 9 avril et Beauvais le 30 avril, de nombreuses animations et du soutien à différentes associations caritatives (voir ci-dessous).

Pour que la fête soit totale, dans une ambiance africaine, l’USM tâchera de briller et de battre Charenton. « C’est une équipe qui sera difficile à manœuvrer, prévoit Charles Gauthier, qui sera peut-être privé pour ce match de Ludovic François, victime d’une contracture au mollet. Charenton a pris un avantage pour la montée, mais on aura envie de leur poser des problèmes. »

Comme ils en ont posé à Beauvais le week-end dernier, sans que la victoire ne tombe dans leur escarcelle. « C’est une petite déception car il y avait de la place pour passer et les deux équipes se valaient, souligne Jean-Paul Watzky, l’autre entraîneur de l’USM. Quelques erreurs nous ont coûté cher mais on essaiera de faire du mieux possible face à Charenton, même si on n’a plus vraiment notre destin en main.»

Pour rester dans la Course à la montée lors des cinq dernières journées, les Mulhousiens savent qu’ils devront chercher la victoire… et si possible trois points dimanche.

Au soutien des associations caritatives

Pour les trois derniers matches des play-offs que les Mulhousiens disputent à domicile, l’USM a décidé de faire preuve de solidarité et de générosité en soutenant différentes associations. Dimanche face à Charenton, la recette du match (entrée 3 euros avec tombota) sera reversée à l’association Mi’Lé Novissi, dont Martin Panou est le vice-président. Cette association, créée en 2006 par un groupe d’amis alsaciens et togolais, mène, dans un but éducatif et humanitaire, des projets de développement d’échanges entre les enfants et les adultes des pays d’Afrique, et principalement du Togo, et ceux d’Alsace. Elle a pour but d’améliorer les conditions de vie et l’environnement des enfants et de leurs parents, en agissant dans les domaines de l’éducation, du sport ou encore de la culture. L’ambiance sera africaine tout au long du match avec la présence d’un groupe de musique togolaise.

Christelle Himmelberger, dans l’Alsace du 23/03/2017

 

Grosse frustration pour l’USM

En déplacement à Beauvais, l’actuel dauphin de Charenton dans cette poule finale de la N2, les Mulhousiens ramènent un point. Une maigre consolation pour l’USM qui aurait pu obtenir mieux.

« Nous avons manqué de continuité dans notre jeu. C’est frustrant, à l’image du résultat, car quand nous nous investissons totalement, on réalise de belles choses ». Ce constat quelque peu amer est celui de Charles Gauthier, le coach mulhousien après la défaite de son équipe sur le parquet de Beauvais. Et il y avait une bonne part de vérité dans ses réflexions si l’on se fie au deuxième et quatrième sets remportés par les Alsaciens face à des Beauvaisiens, privés de leur arme fatale Pavel Bartik, blessé, qui figurait pourtant sur la feuille.

Bref, Félix Peterschmitt et ses compères prirent un excellent départ en luttant sur chaque ballon avant de faire la différence en fin de manche grâce à l’activité de Seven et Kokuvi. Sur leur lancée, les Alsaciens donnèrent encore bien du fil à retordre au leader avant de céder dans le money-time (18-15). Ce Léger avantage, les Oisiens surent le maintenir pour revenir à hauteur de leurs rivaux. Et sur cette dynamique, Patin et ses camarades ne firent qu’une bouchée de leurs adversaires dans un troisième set à sens unique qui ne laissait rien présager de bon.

Mais, visiblement, les Mulhousiens avaient encore des ressources puisqu’ils infligèrent la même punition aux Beauvaisiens pour s’offrir l’opportunité de disputer un tie-break. Toutefois, dans cette épreuve couperet, ils payèrent leurs efforts (15-7).

Les Mulhousiens reviennent toutefois de ce déplacement avec un petit point qui ne suffit pas à faire totalement leur bonheur compte tenu de la physionomie de cette partie. « Prendre un point devant un adversaire et dans une salle pleine, ce n’est évidemment pas si mal. Mais encore une fois, il y avait sans doute la place pour faire mieux », conclut Charles Gauthier.

Faire mieux, c’est ce qu’espèrent les Mulhousiens à l’occasion de la venue du leader Charenton, victorieux en trois sets hier à l’Alsatia Neuhof (27-25, 25-22, 25-22), dimanche prochain à 15h au Cosec de Bourtzwiller.

Jean-François Guérin, dans l’Alsace du 20/03/2017

Beauvais – US Mulhouse : 3-2. Les sets: 19-25 en 26′; 26-24 en 29; 25-14 en 20:15-25 en 22, 15-7 en 12. Beauvais : Nowak, Ademi, Bevillacqua, Saw0Stenok, Gourlag0uen, HéI bert, K. Demiryurek, Meslard, Masset, Bartik, (liberos) Patin et 0. Demiryurek. Ent : Patin. US Mulhouse : Winkelmuller, Ferrder, Allheity, Peterschmitt, Gauthier, Seven, Kokuvi, Pozzi, François (Libero) Gionta. Ent: Gauthier.

N2 : l’USM chez le leader

Les Mulhousiens se rendent chez le leader, Beauvais, ce week-end pour disputer la 3° journée des play-offs. Défaits au tie-break à domicile, il y a quinze jours face à Besançon, alors qu’ils menaient deux sets à zéro, les coéquipiers de Félix Peterschmitt ont grillé un joker en vue de la montée. Et justement, s’ils veulent encore garder toutes leurs chances de se mêler à la course à l’accession, les Mulhousiens ne devront pas se louper lors de leurs deux prochaines rencontres. Tout d’abord dimanche à Beauvais, qui compte 4 points d’avance, puis le week-end prochain à domicile face au 2°, Charenton, co-leader de cette poule. Deux rencontres capitales à l’issue desquelles l’USM saura si elle peut rester ambitieuse ou si elle devra se contenter d’une fin de saison plus monotone.

L’Alsace du 16/03/2017

USM : une défaite frustrante

Bien partis dans les play-offs de N2, une semaine plus tôt, les Mulhousiens ont subi un coup d’arrêt en concédant une défaite frustrante au tie-break, hier à domicile, face à Besançon.

L’USM avait idéalement démarré les play-offs en ramenant une victoire (3-0) de Reims après avoir livré une prestation solide. C’est donc en confiance et déterminée qu’elle souhaitait doubler la mise face à Besançon, hier après-midi à la salle de la Doller.

Un match que les Mulhousiens avaient en main en menant deux sets à zéro et 15-10 dans la 3° manche, mais qu’ils ont fini par perdre au tie-break. Forcément rageant. Car tout avait bien commencé pour l’USM qui entame le match tambour battant en mettant déjà la pression au service sous l’impulsion de Seven (5-0, 9-2, 12-5). Offensive, mais aussi très solide en défense, à l’image du libéro Gionta, l’USM s’envole face à des Bisontins qui doivent attendre le 14° point pour enfin décocher une attaque gagnante par Bouteiller.

L’USM démarre en trombe maisest peut-être en surrégime. Le moteur commence à tousser et Besançon refait son retard en infligeant un 5-0 à des Mulhousiens qui parviennent à stopper l’hémorragie (12-10). Très solides, ils s’appuient sur une bonne couverture du filet et les attaques puissantes de Kokuvi pour finir le set en roue libre (25-18).

La deuxième manche apporte du piment à ce derby de l’Est avec deux équipes qui se livrent un véritable mano à mano. L’USM reste devant mais doit batailler pour virer d’une courte tête (8-7) au premier temps mort technique. Face à des Bisontins accrocheurs et physiques, à l’image de leur capitaine, Sven Nord, qui affiche plus de 2,05m sous la toise, les hommes de Charles Gauthier et Jean-Paul Watzky ont du mal à creuser l’écart. À 14-13, Patierno remplace Ludovic François victime d’un saignement de nez. Commence alors un bras de fer entre les deux équipes avec une fin de set haletante. Plus solides mentalement, les Mulhousiens écartent une balle de set et font preuve d’abnégation, pour concrétiser leur 5° balle de set et enlever la manche sur un contre de Patierno (30-28).

On se dit que le vent a définitivement tourné en faveur de l’USM après cette manche acharnée, surtout que les Bisontins se montrent fébriles au service au début du troisième set. Les Alsaciens prennent les devants (8-5) et accentuent leur avance sur des accélérations de Kokuvi à l’attaque (15-10). Mais alors qu’ils sont au bord de la défaite, les Bisontins se transcendent et deviennent un mur infranchissable. Ils affichent une soudaine solidité au block et contrent les attaques mulhousiennes pour virer en tête dans le money time (20-24). L’USM sauve trois balles de set, mais échoue sur l’attaque placée de Frédy Auguste, tout juste entré en jeu (23-25).

Incontestablement le tournant du match. Alors qu’ils étaient à deux points de la victoire, les Mulhousiens se compliquent la tâche. Tout d’abord en ne parvenant pas à reprendre le dessus dans la 4° manche, perdue 19-25, puis en devant recourir au tie-break alors que la victoire était si proche quelques minutes plus tôt. D’habitude très solides physiquement, les Mulhousiens finissent par craquer dans cette 5°manche décisive (1015) et laissent filer la victoire dans l’escarcelle des Bisontins, qui ont eu le mérite de ne jamais s’avouer vaincus.

Malgré cette défaite, l’USM reste dans le trio de tête derrière les deux cadors, Beauvais et Charenton, qui sont les deux prochaines équipes que les Mulhousiens affronteront. Après ces deux rencontres palpitantes, ils sauront s’ils peuvent toujours se mêler à la course à la montée ou faire une croix sur ce Graal.

Christelle Himmelberger, dans l’Alsace du 06/03/2017.

US Mulhouse – Besançon 2-3. Salle de la Doller. Les sets : 25-18, 30-28, 23-25, 19-25, 10-15. Arbitrage de MM, Moucheroud et Pfrimmer. USM : Peterschmitt et Winkelmuller (passe), Pozzi puis Ferder, Allheily, L. François puis Patierno, Gionta (libéro), Seven, Kokuvi. Entraîneurs : Charles Gauthier et Jean-Paul Watzky.  Besançon : Maître et Ambs (passe), Imbert puis Marchand, Migeon puis Stepnov, Bole puis Clavez, Bourseiller, Nord, Maréchal (libéro), Auguste. Entraîneur : Samuel Boye.

Des Mulhousiens ambitieux

Vainqueurs de leur premier match des play-offs de Nationale 2 à Reims le week-end dernier, les joueurs de l’US Mulhouse comptent poursuivre sur leur lancée face à Besançon, dimanche (15h) à la salle de la Doller.

« C’est vraiment une belle surprise ! » s’exclame Gino Kokuwi… Arrivé cette saison de Saint-Louis, il ne cesse d’être épaté par ses coéquipiers, dont il a pris en charge la préparation physique. Un travail qui a porté ses fruits et mené les Mulhousiens en playoffs de Nationale 2.

Si le passé glorieux de l’USM est lointain, la jeune génération ne ménage pas ses efforts pour tenter de retrouver le niveau de ses glorieux aînés. Mais si le chemin est encore long, le club ne cesse de poser des pierres fondatrices avec, toujours, un gros volet consacré à la formation.

Solidaires toute la saison, les joueurs de Charles Gauthier et Jean-Paul Watzky ont atteint leur objectif en se qualifiant pour les play-offs. Mais comme l’appétit vient en mangeant, ils ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin. « Je savais que l’équipe avait du potentiel, mais je ne m’attendais pas à ce qu’elle termine première de la saison régulière, avoue Gino Kokuvi, qui a retrouvé le club mulhousien au sein duquel il a fait ses débuts il y a plus de quinze ans. Et là, je vois qu’on peut même chercher l’accession en N1. Ce serait vraiment la cerise sur le gâteau. »

La montée, si elle est dans tous les esprits, est encore loin d’être acquise. Mais le week-end dernier, les Mulhousiens sont entrés de plain-pied dans les play-offsen ramenant une très belle victoire (3-0) de Reims en livrant une prestation Solide. « Ce n’était pas un match facile dans une salle plus petite avec un plafond plus bas que notre salle de la Doller, souligne Gino Kokuvi. On a dû batailler pour prendre les trois sets. »

Une bataille que l’USM a gagnée au mental, mais aussi au physique. Et c’est le gros point fort de l’équipe cette saison. Le travail foncier mené par Gino Kokuvi, par ailleurs coach sportif quand il ne fréquente pas les terrains de volley, a permis à l’équipe de prendre conscience de ses capacités. « Cela nous a permis de tenir le rythme parfois effréné de certains matches, se satisfait le réceptionneur-attaquant de l’USM. Les joueurs se sont tous investis et sont à 200 %, ils ont compris que cela pouvait aider au résultat final, surtout en N2 où on voit beaucoup d’équipes qui se reposent sur un ou deux gros attaquants. C’était le cas à Reims. Mais deux joueurs ne peuvent pas porter toute l’équipe pendant cinq sets, ils ont craqué sur la fin. »

« Le couteau entre les dents »

Une saison en N2 qui a permis à Gino Kokuvi de déceler d’autres différences avec la N1 où il a évolué, notamment avec Saint-Louis. « En N2, les équipes sont un peu moins complètes au poste de central, avoue-t-il. En N1, le danger vient de partout, aussi bien du centre que des ailes. »

Du côté de l’USM, le danger peut aussi venir de partout avec une équipe qui dispose de nombreux atouts et d’une motivation accrue au moment d’accueillir Besançon, dimanche (15 h) dans la salle de la Doller, pour le deuxième acte des play-offs. « On a joué face à eux lors d’un tournoi de préparation, mais c’était avant le début de la saison, souligne Gino Kokuvi. Ils ont fait un bon championnat dans leur poule (Ndr : les Bisontins ont fini à la 3° place) et ils viendront sans doute avec le couteau entre les dents. »

L’USM ne s’attend donc pas à un match facile, mais il n’y en aura aucun dans ces play-offs que les Mulhousiens croquent à pleines dents. « On n’est pas là pour faire de la figuration, assène Gino Kokuvi. On sait que Charenton et Beauvais sont deux grosses cylindrées, mais on donnera tout pour aller le plus loin possibile. »

Christelle Himmelberger, dans l’Alsace du 02/03/2017