L’USM enquête de revanche

Après avoir difficilement pris la mesure de Reims au tie-break à domicile dimanche dernier, les Mulhousiens de l’USM effectuent un court déplacement à Besançon ce week-end. Un match au parfum de revanche, car lors de la venue des Bisontins en Alsace, les joueurs de Charles Gauthier et Jean-Paul Watzky avaient laissé filer la victoire alors qu’ils menaient deux sets à zéro. « On n’aurait jamais dû perdre ce match », confiait d’ailleurs Jean-Paul Watzky. Avant de disputer les deux dernières rencontres des play-offs face à Beauvais et Charenton, le duo de tête, l’USM essaiera de s’imposer en terre bisontine pour conforter sa place sur le podium.

L’Alsace du 13/04/2017

De l’ombre à la lumière

Les Mulhousiens ont montré deux visages, hier au Cosec de Bourtzwiller, avant de s’imposer au tie-break face à Reims.

Menée deux sets à zéro hier après-midi au Cosec de Bourtzwiller, sans montrer la combativité et la hargne qui la caractérisent, l’USM renaît ensuite de ses cendres tel un Phénix face à des Rémois qui pensaient sans doute le match plié.

Auteurs d’un match abouti à Reims en ouverture des play-offs de Nationale 2, les Mulhousiens se font cueillir à froid par Reims dans les deux premiers sets. Les Rémois peuvent notamment compter sur l’efficacité offensive de Bugneau, qui décoche plusieurs attaques fulgurantes. « Celui-là, il n’était pas à Reims quand on a joué là-bas », souligne, d’un air dubitatif, le coach mulhousien Jean-Paul Watzky.

Avec un six de base différent, Reims a su faire déjouer l’USM, qui n’a jamais été larguée, mais qui n’a jamais réussi à donner un coup de collier pour recoller au score. Dos au mur après avoir perdu les deux manches initiales, les coéquipiers de Peterschmitt se réveillent et montrent un tout autre visage dans le troisième acte. Les attaques de Kokuvi et d’Allheily font mouche. Ce dernier, grâce à un passage remarquable au service, permet à l’USM de s’envoler (7-6, 12-6). Plus agressifs au service, plus percutants en attaque et plus solides au contre, les Mulhousiens contiennent les Rémois et parviennent à se relancer dans le match.

L’USM prend véritablement son envol dans le 4° set sous l’impulsion de Ludovic François et Kokuvi à l’attaque (7-5, 13-5). Les points défilent pour les Alsaciens qui asphyxient des Rémois au jeu soudainement moins pétillant, à l’image de ce service qui vient s’écraser dans le filet et qui ouvre aux Mulhousiens les portes du tie-break.

S’ils avaient mené deux sets à zéro face à Besançon avant de s’incliner au tie-break, ils ont écrit le scénario inverse, hier au Cosec ce Bourtzwiller. Dans la fournaise, ils attaquent le 5e set décisif tambour battant en prenant rapidement les devants (7-2, 12-7) en alignant trois contres gagnants consécutifs. Beaucoup plus hermétiques défensivement, ils ne permettent plus aux Rémois de planter des attaques. Ce sont eux qui prennent le jeu à leur compte avant de s’imposer sur une dernière attaque de Seven (15-8).

« On a montré deux visages »

Un succès qui permet à l’USM de briser une spirale de défaites et lui offre une place sur le podium, avant de jouer les trouble-fête face à Charenton et Beauvais, qui se dresseront sur sa route d’ici la fin de la saison. « On a montré deux visages face à une belle équipe de Reims, avoue Jean-Paul Watzky. Il n’y a pas eu beaucoup d’investissement et de volonté de notre part dans les deux premiers sets, mais le match a basculé ensuite quand on a été plus propre au contre et plus agressif au service. Physiquement et mentalement, on a tenu le coup et les gars n’ont pas lâché. Ce qui est positif avant d’aller à Besançon contre qui on n’aurait jamais dû perdre. »

Christelle Himmelberger, dans l’Alsace du 10/04/2017.

US Mulhouse – Reims 3-2. Cosec de Bourtzwiller. Les sets : 16-25 (22), 21-25 (25), 25-21 (28), 25-18 (22), 15-8 (12). Temps effectif de jeu : 1h49. Arbitrage de Mlle Quantin et M. Sifferen. USM : Winkelmuller et Peterschmitt (passe), Allheily puis Centlivre, Gionta (Libéro), Seven, Kokuvi, Pozzi, L. François. Entraineurs : Charles Gauthier et Jean-Paul Watzky. Reims : Triqueneaux, Bugneau, Blanc puis Mouhaouira, Darivon, Gayol (passe), Le Guennec. Entraîneur: R. Gayol.

L’USM pour le plaisir

La montée étant compromise, les Mulhousiens voudront surtout finir les play-offs de Nationale 2 en prenant du plaisir ce dimanche (à 15h), avec la venue de Reims au Cosec de Bourtzwiller.

Avec une formule de play-offs à huit rencontres, tout faux pas est quasiment interdit. Les Mulhousiens avaient déjà grillé un joker en s’inclinant face à Besançon au tie-break, alors qu’ils menaient deux sets à zéro. Mais il y a quinze jours, la défaite concédée face au leader Charenton a incontestablement hypothéqué leurs chances de monter en N1. « On s’est écroulés dans le 4° set et c’est vraiment dommage, regrette Gino Kokuvi. Charenton a vraiment le niveau de la N1 et a été constant dans son jeu et sa tactique. Il était difficile de tenir un match entier face à une telle équipe qui sera certainement très difficile à battre. Mais on va continuer à travailler. ».

Objectif podium

Face à Charenton, qui n’avait pas perdu le moindre match dans ces play-offs et qui survole cette deuxième phase de championnat, l’USM a crânement joué sa chance et a même empoché un set. Mais la défaite la condamne à faire une croix sur la montée. Mathématiquement, avec quatre matches encore à jouer, tout reste possible. Mais il faudrait que les Mulhousiens réussissent un parcours sans faute et enchaînent quatre victoires, tout en espérant un ou plusieurs faux pas de Charenton et Beauvais. « On va se concentrer sur nous et essayer de finir sur le podium, souligne Gino Kokuvi. L’équipe est montée en N2 et a assuré son maintien l’an dernier. Là, on joue les play-offs. Donc s ion accroche le podium, cela voudrait dire qu’on avraiment bien progressé. » Pour finir dans le top 3, les Mulhousiens savent qu’il leur faudra impérativement décrocher des victoires. Dimanche face à Reims au Cosec de Bourtzwiller (15 h), ils en auront l’occasion contre des Rémois qu’ils avaient battus à l’aller en livrant un match très abouti, lors de la première journée des play-offs. « On a gagné en trois sets, mais c’était très serré et un match vraiment difficile, se souvient Gino Kokuvi. Toute l’équipe avait joué un très bon match, c’était vraiment une très belle victoire collective. Là, on va jouer à la maison et on voudra prendre des points à chaque match. » Pour la réception des Rémois, c’est une nouvelle fois le Cosec de Bourtzwiller qui sera le théâtre des débats, comme il y a quinze jours face à Charenton. Alors que l’USM avait pris ses quartiers dans le complexe sportif flambant neuf de la Doller, elle a renoué avec sa bonne vieille salle. « On a rapidement retrouvé nos repères car on s’entraîne là-bas le jeudi, précise Gino Kokuvi. On s’est vite adaptés. Il y a juste le soleil qui est un peu plus gênant que dans la nouvelle salle. »

Soleil ou pas dimanche, les Mulhousiens voudront chercher la victoire, eux qui restent sur trois défaites de rang dans ces play-offs. Pour inverser la tendance, c’est au complet qu’ils se préparent à accueillir Reims avant d’affronter à nouveau Besançon, Beauvais et Charenton avec de la revanche dans l’air.

Christelle Himmelberger, dans l’Alsace du 06/04/2017

Pas d’exploit pour l’USM

Les Mulhousiens ont montré deux visages face au leader, Charenton, hier au Cosec de Bourtzwiller et se sont finalement inclinés (1-3) en play-offs.

Après avoir poussé Beauvais au tie break le week-end dernier, les Mulhousiens accueillaient hier au Cosec de Bourtzwiller un autre gros morceau, si ce n’est le plus gros de la poule : le leader Charenton, toujours invaincu après les trois premières journées des play-offs.

La tâche ne s’annonçait pas facile, mais les joueurs de Jean-Paul Watzky étaient prêts à créer l’exploit. Et ils y ont cru, notamment en livrant un superbe premier set, même menés de quelques longueurs (7-12) par des Charentonnais puissants et surtout impériaux au block (avec six contres gagnants rien que dans la manche initiale), les Mulhousiens n’abdiquent pas. Les attaques variées de Kokuvi relancent l’USM, qui fait ensuite jeu égal face au leader (16-16, 20-20). Fébriles au Service, les Haut-Rhinois ratent le coche, mais ont le mérite de sauver deux balles de set de façon magistrale par une belle attaque de Kokuvi puis un contre monstrueux de Peterschmitt (23-24). Insuffisant toutefois pour empocher la mise, qui tombe dans l’escarcelle de Charenton après une attaque gagnante du pointu Blanc (23-25).

Charenton impérial au block

Malgré la perte du set, l’USM n’a pas à rougir tant elle tient tête au leader. Les choses se corsent dans le deuxième set. Face à une équipe charentonnaise lucide et toujours aussi impériale au contre, les coéquipiers de Peterschmitt tentent de s’accrocher, malgré l’avance prise par les visiteurs (10-16). Les Mulhousiens se défendent bien et reviennent dans le set (16-18), notamment sous l’impulsion de Vadim Allheily à l’attaque, mais ne peuvent contrer la puissance des Charentonnais (18-25).

Le troisième acte voit la révolte de l’USM qui mène enfin les débats (4-2, 11-8). Le block est plus incisif et Patierno est lucide au filet. De quoi faire le trou (20-13) et s’adjuger le set sur un service gagnant de Pozzi (25-17).

On pense le match relancé et la victoire mulhousienne possible. Mais les espoirs de l’USM s’effondrent comme un château de cartes dès l’entame du quatrième set. Charenton excelle à nouveau au contre et bloque de nombreuses attaques locales (1-7). Les Mulhousiens craquent aussi en réception et sont au bord de l’agonie (3-12) en déjouant et en commettant trop d’erreurs. Le public, venu en nombre pour soutenir l’association Mi Lé Novissi – qui mène des projets de développement et d’aide auprès de familles au Togo, et dont le vice-président est Martin Panou – n’assiste pas à une « remontada » mulhousienne. Encore moins quand Patierno se blesse à un doigt et doit rejoindre le banc. Malgré l’un ou l’autre coup d’éclat, l’USM n’a plus la force et les capacités de renverser une situation bien compromise et s’incline en quatre sets. Comme un symbole sur ce match, c’est sur deux derniers contres que Charenton s’impose (25-15). Une défaite qui fait mal au moral des Mulhousiens qui ont grandement hypothéqué leurs chances de monter, Il leur faudrait désormais un miracle pour chercher la première place que Charenton occupe dorénavant confortablement avec neuf points d’avance sur l’USM, alors qu’il reste quatre matches à disputer. Le mort d’ordre sera donc surtout de se faire plaisir jusqu’à la fin de la saison.

US Mulhouse – Charenton 1-3. Cosec de Bourtzwiller. Les sets : 23-25 (29), 18-25 (24), 25-17 (27), 15-25 (24’). Temps effectif de jeu : 1h44. Arbitrage de MM. Pham Dinh et Jacquemet. | USM : Peterschmitt et Winkelmuller (passe), Pozzi puis Ferder, Allheily, Patierno, Gionta (libéro), Seven, Kokuvi, L. François. Entraîneur : Jean-Paul Watzky. : Charenton : Barris (passe), Orsini puis De Saint-Denis, Cantamessi, Blanc, Alberti (libéro), Pineau. Entraineur: Xavier Ziani.

Christelle Himmelberger, dans l’Alsace du 27/03/2017

Du lourd pour l’USM

Après leur défaite au tie-break à Beauvais le week-end dernier, les joueurs de l’US Mulhouse s’attaquent à un autre gros morceau en play-offs de Nationale 2 en accueillant le leader, Charenton, dimanche (15 h) au Cosec de Bourtzwiller.

Ramener un point d’un déplacement à Beauvais, le dauphin de la poule, qui a évolué dans une salle surchauffée de près de 600 spectateurs, c’est bien. Mais les Mulhousiens auraient espéré mieux pour rester au contact du duo de tête et garder une chance de jouer la montée.

Une défaite qui laisse un sentiment mitigé à l’entraîneur, Charles Gauthier, entre satisfaction et , regrets. « On a des regrets sur le résultat et on a le sentiment qu’on n’est pas passé loin, souligne-t-il. On a la volonté de mieux faire et on préfère rester sur une note positive. Car on a joué dans une salle pleine avec un public qui suit les Beauvaisiens, qui ont envie de remonter. Jouer dans une telle ambiance à l’extérieur, ce n’est pas facile, mais c’est quand même un plaisir. »

Si la victoire n’a pas été au bout, les Mulhousiens n’ont pas le temps de s’apitoyer sur leur sort. Car dès ce week-end, c’est un nouveau gros combat qui les attend face à Charenton, qui n’est autre que le leader. Les Charentonnais ont de surcroît remporté leurs trois premiers matches des play-offs et possèdent six points d’avance sur l’USM, qui pointe à la 3° place.

C’est donc en outsiders, mais déterminés, que les coéquipiers de Félix Peterschmitt s’attaquent à l’ogre charentonnais. Et ce ne sera pas une mince affaire. Pour ce match, les Mulhousiens délaisseront leur nouvelle Salle de la Doller -réquisitionnée pour la cérémonie des champions mulhousiens – pour retrouver leur bon vieux Cosec de Bourtzwiller. S’il sera difficile de rivaliser avec les 600 spectateurs beauvaisiens, le public mulhousien pourrait bien se déplacer nombreux pour cette belle affiche. Surtout que ce match sera ponctué, comme les deux autres rencontres des Mulhousiens à domicile dans ces play-offs face à Reims le 9 avril et Beauvais le 30 avril, de nombreuses animations et du soutien à différentes associations caritatives (voir ci-dessous).

Pour que la fête soit totale, dans une ambiance africaine, l’USM tâchera de briller et de battre Charenton. « C’est une équipe qui sera difficile à manœuvrer, prévoit Charles Gauthier, qui sera peut-être privé pour ce match de Ludovic François, victime d’une contracture au mollet. Charenton a pris un avantage pour la montée, mais on aura envie de leur poser des problèmes. »

Comme ils en ont posé à Beauvais le week-end dernier, sans que la victoire ne tombe dans leur escarcelle. « C’est une petite déception car il y avait de la place pour passer et les deux équipes se valaient, souligne Jean-Paul Watzky, l’autre entraîneur de l’USM. Quelques erreurs nous ont coûté cher mais on essaiera de faire du mieux possible face à Charenton, même si on n’a plus vraiment notre destin en main.»

Pour rester dans la Course à la montée lors des cinq dernières journées, les Mulhousiens savent qu’ils devront chercher la victoire… et si possible trois points dimanche.

Au soutien des associations caritatives

Pour les trois derniers matches des play-offs que les Mulhousiens disputent à domicile, l’USM a décidé de faire preuve de solidarité et de générosité en soutenant différentes associations. Dimanche face à Charenton, la recette du match (entrée 3 euros avec tombota) sera reversée à l’association Mi’Lé Novissi, dont Martin Panou est le vice-président. Cette association, créée en 2006 par un groupe d’amis alsaciens et togolais, mène, dans un but éducatif et humanitaire, des projets de développement d’échanges entre les enfants et les adultes des pays d’Afrique, et principalement du Togo, et ceux d’Alsace. Elle a pour but d’améliorer les conditions de vie et l’environnement des enfants et de leurs parents, en agissant dans les domaines de l’éducation, du sport ou encore de la culture. L’ambiance sera africaine tout au long du match avec la présence d’un groupe de musique togolaise.

Christelle Himmelberger, dans l’Alsace du 23/03/2017