N2 : l’USM à Villefranche

Après avoir battu au tie-break le leader Maizières/Metz, le week-end dernier à Bourtzwiller, les Mulhousiens devront poursuivre sur leur lancée pour faire un pas de plus vers les play-offs. En se rendant dimanche à Villefranche, qui est 4° avec un point de retard juste derrière eux, les Haut-Rhinois savent que ce match sera capital à trois journées de la fin de la saison régulière. Dimanche dernier, Villefranche était en Alsace et a battu Saint-Louis en quatre sets. Lors du match aller fin octobre, l’USM avait pris le meilleur sur Villefranche en remportant un net succès 3-0. Mais alors qu’une place parmi le top 4 devient une obsession, la bataille s’annonce rude entre les différents protagonistes. Et ce choc entre Villefranche et Mulhouse sera sans doute très disputé.

L’Alsace du 19/01/2017

L’USM s’offre le leader

Les Mulhousiens ont effectué un retour gagnant à la compétition en venant à bout, au tie-break, du leader Maizières/Metz, hier, à Bourtzwiller.

On avait quitté les Mulhousiens en petite forme en décembre. Mais après une trêve d’un mois, on les a retrouvés fringants et déterminés à mater le leader, Maizières/Metz, en visite hier après-midi dans la Salle Sportive de la Doller.

L’USM, qui a retrouvé son passeur attitré Peterschmitt et Kokuvi, tous les deux de retour de blessure, a débuté le match tambour battant et mené rapidement 7-2. Un départ canon avec un rythme effréné qu’elle n’a pas réussi à maintenir. Car en face, il y avait du lourd, avec notamment l’Alsacien Jérémy Ullmann, qui a porté le maillot mulhousien par le passé. Inspiré en début de partie, avec des services smashés qui ont mis à mal réception de l’USM, Ullmann a ensuite été en-dessous de son rendement habituel. Mais entre le début et la fin du match, c’est surtout à un véritable mano à mano que le public a assisté entre deux équipes qui ne se sont quasiment jamais lâchées d’une semelle. Malgré un bon départ, les Haut-Rhinois ont ensuite peiné en se heurtant au block extrêmement solide des Lorrains, qui ont, avec leurs bras, formé un mur souvent infranchissable pour les artilleurs de l’USM que sont Allheily, Kokuvi ou encore Seven. En butant sur le contre de Maizières, les Mulhousiens ont fini par céder en bafouillant leur volley et en cédant le set initial à leurs adversaires (20-25).

Mais malgré quelques déchets dans le jeu, notamment au service, les hommes de Charles Gauthier et Jean-Paul Watzky ne se sont pas désunis. Face à des Lorrains toujours aussi solides au contre, ils ont réussi à trouver quelques failles. Allheily et Seven ont planté quelques attaques percutantes, tout comme Kokuvi, qui a fait admirer son incroyable détente. Le second set en poche (25-17), l’USM a poursuivi sur sa lancée dans un troisième acte qui a vu la tension monter d’un cran et les échanges se rallonger. Avec deux équipes se répondant du tac-au-tac, creuser un écart demandait des efforts de tous les instants. C’est finalement Mulhouse, sous l’impulsion de Patierno au service et de Kokuvi au filet, qui est parvenu à prendre quelques longueurs d’avance (19-16) avant de conclure le set (25-17) sur une belle attaque courte et croisée d’Allheily.

On pensait alors que le match avait tourné définitivement en faveur de l’USM, qui a mené 4-1 au début du 4e  set. Mais les Lorrains ont retrouvé des couleurs et leur terrible efficacité au contre pour reprendre les devants (5-9). Les Mulhousiens n’ont rien lâché et ont marqué six points consécutifs (11-9). La victoire se profilait, mais l’USM a craqué sous les attaques du capitaine lorrain, Guillaume Fallet, qui a ouvert à ses coéquipiers les portes du tie-break. Une cinquième manche pleine de suspense et d’intensité (22,10-10) qui a tourné à l’avantage des Mulhousiens qui se sont imposés sur deux contres gagnants, comme un pied de nez aux Lorrains qui ont excellé dans ce secteur de jeu durant toute la partie. « On sortait d’une période pas terrible et c’est toujours bien de gagner, se réjouissait Jean-Paul Watzky, le coach de l’USM. Il faudra maintenir le rythme et notre niveau pour assurer notre place en play-offs rapidement. Gagner en cinq sets est positif et cela prouve que le travail physique fait avec Kokuvi porte ses fruits. »

Christelle Himmelberger, dans l’Alsace du 16/01/2017

US Mulhouse – Maizières/Metz 3-2. Les sets: 20-25 (26), 25-17(26), 25-17 (27), 18-25 (28), 15-11 (16′). Temps effectif de jeu:2h03. Salle de la Doller. Arbitrage de M. Moucheroud et Mlle Nollet. USM : Peterschmitt et Winkelmuller (passe), Allheily, Pozzi puis Patierno, Gionta (libero), Seven, L. François, Kokuvi. Entraîneurs : Charles Gauthier et Jean-Paul Watzky.

Une belle entrée en matière

Après un mois de pause, l’US Mulhouse retrouve le championnat avec un match de gala face au leader, Maizières/Metz, dimanche (15 h) à la salle de la Doller.

« Ce sera une belle entrée en matière ». L’entraîneur de l’USM, Charles Gauthier, n’a pas tort : en recevant ce dimanche de ce qui se fait de mieux en championnat, en l’occurrence Maizières/Metz, les Mulhousiens vont débuter l’année 2017 en fanfare. Une équipe lorraine qui occupe la place de leader de cette poule de N2 et qui n’a concédé que trois défaites cette saison. « Ce sera un match difficile face à une belle équipe qui fait un très beau parcours, estime Charles Gauthier, qui se souvient que le match aller n’avait pas souri à ses hommes. On avait perdu 3-0 là-bas en n’étant pas très performant. Ils ont eu plus d’envie que nous et on a mal géré les moments importants. »

Si les Lorrains n’ont pas quitté les avant-postes du championnat, ils ont tout de même connu quelques alertes. En atteste leur laborieuse victoire en cinq sets face à Saint-Louis lors de la dernière journée.

Les Mulhousiens ont aussi connu une fin d’année 2016 délicate. S’ils ont renoué avec la victoire, ils ont eu besoin, eux aussi, du tie-break face à Saint-Dié, qui évolue en bas de classement. « Cette coupure d’un mois nous a fait du bien, atteste le coach de l’USM. On a pu se reposer et retrouver l’envie de bien faire. On sait que face à Maizières, il faudra être à un bon niveau pour espérer quelque chose. On a la chance de jouer le leader chez nous et on n’aura rien à perdre. On devra se libérer car marquer des points constituerait un bonus. Cela nous permettrait de rester dans le top 4 et d’assurer notre place en play-offs. »

Une place en play-offs que les Mulhousiens n’ont donc pas encore validée. Les prestations moins abouties des dernières semaines, marquées notamment par un état d’esprit bien moins conquérant, ont fait fondre l’avance de l’USM sur le 5° et premier non-qualifié. Et à quatre journées de la fin de la première phase, les Mulhousiens savent que leur marge de manœuvre est réduite, alors qu’ils ne comptent que trois points d’avance sur le 5°, Sennecey-le-Grand.

Dimanche, face au leader, ils devront retrouver leurs qualités de guerriers pour essayer de mater une formation qui dispose dans ses rangs de sérieux atouts, à commencer par l’Alsacien Jérémy Ullmann, un ancien de l’USM. « C’est une équipe qui a des qualités, mais si on retrouve nos vertus perdues, on peut rivaliser, souligne Charles Gauthier. Ce match doit être une fête et doit nous permettre de prendre du plaisir pour relancer notre Saison. »

Si la victoire s’annonce difficile à décrocher, les Mulhousiens ont pu profiter de la trêve d’un mois pour récupérer les joueurs blessés. Gino Kokuvi, absent lors des derniers matches, devrait retrouver sa place tout comme le passeur attitré Félix Peterschmitt, qui devrait enfin être à nouveau opérationnel après avoir été écarté des terrains pendant près de trois mois en raison d’une blessure à l’épaule. « On devrait récupérer tout le monde, confirme l’entraîneur mulhousien. Mais certaines incertitudes ne sont levées que par la compétition… » Une compétition qui fera rage pour valider définitivement le ticket pour les play-offs d’ici le 12 février prochain.

Christelle Himmelberger, dans l’Alsace du 12/01/2017

L’USM renoue avec la victoire

Les Mulhousiens pourront passer les fêtes au chaud en finissant l’année par une victoire, acquise hier dans la difficulté (3-2) contre Saint-Dié.

Fanny depuis le début du cycle retour, l’USM a enfin pu débloquer son compteur victoire. Mais les Haut-Rhinois ont souffert hier et ont dû recourir au tie-break pour s’imposer face à Saint-Dié et reprendre de l’air au classement en vue des play-offs.

Face à des Déodatiens qu’ils avaient déjà battus à deux reprises, cette saison, en championnat et en Coupe de France fédérale, les Mulhousiens ont eu plus de mal à venir à bout de cet adversaire hier, surtout après la perte du premier set (16-25). Mal embarqués, Allheily et ses coéquipiers ont rectifié le tir par la suite dans un match qui a offert quelques beaux rallyes et des points disputés. Mais aussi pas mal de discussions après des décisions arbitrales litigieuses. La capitaine de l’USM, Vadim Allheily, a même écopé d’un carton rouge dans le troisième set alors que le spectacle n’était pas que sur le terrain, mais aussi sur le banc de touche où les joueurs mulhousiens ont fait le show, à l’image du passeur Félix Peterschmitt, malgré une épaule qui le handicape toujours. Sur le terrain, l’USM a soufflé le chaud et le froid, mais a eu le mérite de réagir dès la perte du premier set en prenant les devants dans la deuxième manche (17-10) grâce au bon passage au service d’Allheily, d’un contre incisif et des attaques puissantes de Patierno.

Les Mulhousiens ont pris l’ascendant mais ont payé cher un début de troisième set raté, où ils ont été menés 4-0. S’ils ont recollé au score (4-4), ils ont petit à petit perdu du terrain face à Saint-Dié, qui s’est appuyé sur le spectaculaire Djarmaila pour creuser l’écart (13-18) et empocher le set. Une nouvelle fois, l’USM a répondu de la meilleure des mamières. Après quelques échanges et un contre gagnant monstrueux de Patierno, les Mulhousiens ont vite pris le large (8-1, 18-9). Orchestrés à la passe par Charles Gauthier, ils se sont ouvert les portes du tie-break dans un match tendu.

« On n’est pas guéris, mais convalescents »

Une manche décisive que les Alsaciens ont démarré tambour battant (4-0). Le retour de Saint-Dié(5-5) n’a pas laissé place au doute et l’USM a dissipé toute incertitude en maîtrisant parfaitement ce dernier set et en arrachant la victoire sur un dernier service de Saint-Dié venu s’écraser dans le filet. « On sort d’une période pas terrible, reconnaît Jean-Paul Watzky, le coach de l’USM. Chez nous, c’est un peu au jour le jour. On fait encore trop de fautes, mais les gars ont fait preuve de caractère. On n’est pas encore guéris, mais convalescents. »

Christelle Himmelberger, dans l’Alsace du 19/12/2016

| USM -Saint-Dié 3-2. Les Sets : 16-25 (24), 25-19 (28), 19-25 (30), 25-16 (23′), 15-11 (18). Temps effectif de jeu:2h03. Salle de la Doller. ArbitragedeMme BillotetM. Jacquemet. USM : Alheilly, Patierno, Gionta (Libéro), Gauthier (passe), Seven, Pozzi, L. François. Entraîneurs : Charles Gauthier et Jean-Paul Watzky.

Victoire impérative pour l’USM

Dans une mauvaise passe actuellement, les Mulhousiens de l’USM espèrent profiter de la venue de Saint-Dié, dimanche (15 h) dans la salle de la Doller, pour se relancer en Nationale 2 masculine.

On ne va pas parler de crise. Mais les dernières prestations des Mulhousiens, que ce soit en championnat ou lors du match de Coupe de France face au Stade athlétique spinalien la semaine dernière, ont été loin des espérances du duo d’entraîneurs Charles Gauthier/ Jean-Paul Watzky.

Car, plus que la défaite, c’est l’état d’esprit du groupe qui pose problème. D’ordinaire solidaires, combatifs et hargneux, les joueurs de l’USM sont devenus bien trop tendres sur le terrain. Et face à une équipe vosgienne qui évolue en Élite, cela n’a pas pardonné avec une sévère défaite à la clé (25-19, 25-16,25-14) en 16es de finale de la Coupe de France fédérale.

Un manque d’envie

Les Mulhousiens n’ont désormais plus qu’à se (re)concentrer sur le championnat. Et là aussi, les voyants sont passés du vert à l’orange ces dernières semaines. Après une première partie de saison aboutie, et cela malgré l’absence prolongée pour blessure du passeur attitré, Félix Peterschmitt, l’USM vit des moments plus difficiles depuis le début du cycle retour.

Les Haut-Rhinois n’ont d’ailleurs pas encore goûté à la victoire depuis le début de la seconde phase en s’inclinant face à Sennecey-le-Grand et à Saint-Louis. Une défaite au Sportenum qui a fait éclater au grand jour un manque d’envie et d’investissement qui a eu le don d’agacer les entraîneurs qui attendent une réaction de leurs joueurs. Elle devra arriver dès ce week-end avec la venue de Saint-Dié, dimanche (15 h) dans la salle de la Doller. Car les dernières prestations des Mulhousiens leur ont fait perdre leur beau pécule de points d’avance dans un championnat qui s’est resserré. Alors qu’une place en play-offs semblait être une évidence il y a encore quelques semaines, l’USM devra désormais batailler pour rester dans le top 4. Les Mulhousiens, actuellement 3°, ne comptent plus que trois points d’avance sur le 5° (qui prendra part, lui, aux play-downs avec les trois derniers), et savent qu’une défaite dimanche serait inacceptable. Surtout face à une équipe de Saint-Dié en difficulté, qu’ils ont d’ailleurs déjà battue deux fois cette saison, en championnat et en Coupe de France. Pour éviter un retour des Déodatiens dans la course aux play-offs, l’USM devra impérativement s’imposer ce week-end.

Christelle Himmelberger, dans l’Alsace du 15/12/2016.